Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1187879
364 
VIE 
PRIVEE 
DE 
LA 
NOBLESSE 
FEODALE. 
Il faut dire que le luxe de bon aloi n'est que plus ruineux. Les 
etoffes etaient fort eheres; l'industrie n'en etait pas arrivee a fabri- 
quer a bon marche et a donner l'apparence pour la realite. La 
sculpture, repandue a profusion sur les meubles, attachait s. chacun 
d'eux la valeur d'un objet d'art. Hais ce qui caraeterise le mobilier 
du moyen üge, ce n'est pas tant sa richesse que le goüt et la raison 
dans l'adoption des formes, la destination franchement accusee, la 
varie-te infinie et l'apparence de la solidite, l'enaploi vrai de la ma- 
tiere en raison de sa qualite. Le bois, le cuivre, le fer, conservent les 
formes qui leur conviennent ; la structure reste toujours apparente, 
quelle que soit l'abondance de Fornementation. Par le fait, les meu- 
bles de bois ont toujours l'apparence primitive de la charpente; ce 
n'est que pendant le xv' siecle que cette construction est masquce 
par une decoration confuse. Jusqu'alors les etolfes sont partieuliere- 
ment destinees a revetir d'une enveloppe la forme simple des meu- 
bles: aussi etaient-elles, chez les riches nobles, cmplovees avec une 
grande profusion; on en peutjuger en fouillant les inventaires, en 
examinant les vignettes des manuscrits. Posees sur des coussins ou 
petits matelas mobiles, ces etoffes pouvaient etre enlevees, soit pour 
etre nettoyees, soitpour etre remplacees par d'autres. C'est ainsi que 
dans les inventaires on trouve deux garnitures pour un meme ino- 
bilier: l'une pouvait, par exemple, etre posee en hiver, l'autre en 
cas, ou bien la plus simple a l'ordinaire, la plus riche pour lesjours 
de gala. Ces etoffes etaient donc a peu pres ce que sont aujourd'hui 
nos housses, seulement les coussins sur lesquels on les posait etaient 
eux-memes mobiles, non point clones sur les bois.  
Nous terminerons cet article en donnant a nos lecteurs des appar- 
tements meubles de chateaux aux xu", XIIIÜ, XIV' et xve siecles. 
La planche XII represente une chambre de seigneur vers le milieu 
du x11" siecle. L'architecture est d'une grande simplicite: des poi- 
traux accoles, portes par de lourds piliers, traversent la pieee et re- 
goivent les poutres qui elles-memes supportent le solivage. La che- 
minee est circulaire 1; sa hotte est decoree de peintures "i. A cote est 
suspendue une image du patron du maitre de la chambre; au-des- 
sous, un bras de fer attache a la muraille est destine a recevoir un 
cierge. Des courtines suspendues a des potences mobiles de fer 
peuvent masquer les jours des fenetres? Le lit est protege par deux 
' Voyez le Dict. raisonnä zfarchitect. f'ranp., au mot CIIEMINEE. 
' Salle de la maitrise, prüs de la calhüdrale du Puy en Velay. 
3 Dans les chambres des chäteaux des X116 et xm" sibclcs, on voit encore, le long des 
fenätres, les pitons de fer qui ätaient destinäs ä recevoir ces potences mobiles.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.