Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1187738
350 
VIE 
PIIIVEE 
DE 
NOBLESSE 
FEODALE. 
lorsqu'il fallait transporter jusque dans la residence du chatelain des 
meubles fabriques au loin. Il fallait alors reelamer les services des 
vavasseurs ou des villages et hameaux. Tel canton devait un char 
traine par plusieurs paires de boeufs, tel village ou tel vavasseur ne 
devait qu'un cheval et une charrette ou une bete de sommef. Les 
depenses, la dilficulte d'obtenir du credit, l'embarras d'avoir affaire a 
toutes sortes de fournisseurs, faisaient qu'on gardait ses vieux meu- 
bles, qu'on ne les remplacait ou plutot qu'on "n'en augmentait le 
nombre qu'a l'occasion de certaines solennites. Peu a peu cependant, 
ne detruisant rien, on aecumulait ainsi, dans les residences feodales, 
une enorme quantite d'objets mobiliers, releguant les plus vieux 
dans les appartements du second ordre, dans les galetas, ou ils pour- 
rissaient sous une venerable poussiere. 
Les distributions interieures des chateaux etaient larges, et ne 
ressemblaient guere a nos appartements. Les batiments, simples en 
epaisseur, ne contenaicntsouvent qu'une suite de grandes salles avec 
quelques degagements secrets. On supplcait a ce defzttit de distri- 
bution par des divisions obtenues au moyen de tapisseries tendues 
sur des huisseries, ou par des sortes d'alcoves drapees qu'on appe- 
lait des clotets (voyez ce mot), des eperviers ou espcvriers, des pu- 
ÜÜZOTZSQ. Ces distributions senleviaient, au besoin, lors des grandes 
reccptions, des fetes, ou meme pendant la saison dkte. On retrouve 
encore, dans cet usage qui fut suivijusqtfit Pcpoquc de la renais- 
sance, une tradition des moeurs primitives feodales; car, dans les 
premieres enceintes fortifie-es, les habitations, comme nous l'avons 
dit plus haut, nlätaient, pour ainsi dire, qu'un campement que l'on 
disposait en raison des besoins du moment? 
Au XIIC sieclc, les manoirs, habitations des chevaliers, sans don- 
jons ni tours, ne se composent generalement a Finterieur que d'une 
salle basse a rez-dc-chaussee contenant la cuisine et le cellier, d'une 
Salle au premier otage avec une garde-robe voisine. Par le fait, les 
des etangs, des ägouts, des fosses, le nettoyage et balayage des salles du chiiteau, de la 
cour, des äcurics; ils aidaient aux magons... (Ibid, 'p. 15, '20, 79, 83; voyez les notes 
p! 709.) 
4 a  Per servitium roneini. n (Czrrt. de la CImise-Dleu.)  a Servicium ad saeeum 
a cum mascnlo equo. n  i- Par service de cheval sont entendus villains services qui se 
a font 51 sac et ä somme, lesquels on appelle eommunement sommayes... l) (Liv. des 
fieua: de Saint-Floscel.)  Voyez L. Delisle, p. 78. 
' Interclusoria, dans les anciens textes latins. 
' Les manuscrits des x18 et xne siecles, les peintures murales ou des vitraux, et les 
bas-reliefs des xne et X111" sieeles, indiquent souvent ces sortes de elüiures provisoires en 
tapisseries ätablies dans de grandes salles. On trouve 121 d'ailleurs une tradition antique.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.