Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1187721
CIIATEAU. 
349 
en deliancc pcrpetuelle, ne comptant meme pas toujours sur le petit 
nombre d'hommes qui Pentourait, il fallait bien qu'il conliat ses plus 
chers interets a quelqu'un; que, lui absent, il eüt un representant 
puissant ct considere comme lui-meme. Ce role ne pouvait convenir 
qu'a la femme, et il faut dire qu'elle le remplit presque toujours 
avec devouement et prudence. Le moral de la femme s'eleve dans 
l'isolement; n'eprouvant pas les besoins d'activite physique au meme 
degre que l'ho1nme, etant douce d'une imagination plus vive, son 
esprit lui cree, dans la vie sedentaire, des ressources qu'elle sait 
mettre a profit. Il ne faut donc point s'etonner si, au moment ou la 
leodalite etait dans sa force, le role de la femme devint important, 
si elle prit dans le chäteau une autorite et une influence supericures 
a celles du chütelain sur toutes les choses de la vie ordinaire. Plus 
sedentaire que celui-ci, elle dut certainement contribuer a l'embel- 
lissement de ces demeures fermees, et les rivalites s'en melant, au 
xme siecle deja, beaucoup de chateaux etaient meubles avec luxe et 
contenaient en tentures, tapis, boiseries sculptees, objets precieux, 
des richesses d'autant plus considerables qu'elles saccumulaient sans 
cesse, la roue de la mode ne tournant pas alors avec la vitesse que 
nous lui voyons prendre depuis un siecle. Il n'etait pas aise d'ail- 
leurs, alors comme aujourd'hui, de remplacer un mobilier vieilli : 
il fallait faire sculpter les bois, ce qui etait long; pour cela s'adresser 
au huchier, au boitier 1; acheter les etoffes a la ville, et souvent le 
chateau en etait eloigne; s'adresser au mercier, au eloutier, au cres- 
pinierg, au cardeur, au chavenacierii, puis enfin au tapissier. Tout 
cela demandait du temps, des soins, beaucoup d'argent, et c'est ce 
dont les seigneurs feodaux vivant sur leurs domaines manquaient 
le plus; car la plupart des redevances se payaient, soit en natur'e", 
soit en services. 
Jusqukl la fin du xve siecle, le service interieur des chäteaux etait 
fait au moyen de corveesä. Les difficultes n'etaient pas moindres 
' Fabricant de serrures ä boites pour meubles. 
' Faiscurs de crepines. 
' Marchand de grosse toile, canevas, pour doublures. 
' Les redevances des paysans s'appelaient, en Normandie, regarda, regardamcnta, 
regardationes, roarda et respectus; elles consistaient en poules, chapons, oeufs, oics et 
gibier dc riviere, pains de diverses pspcccs, pains fetis, pains quartonuicrs, fouaccs, 
tarieres et tourteaux; quelquefois une rente en deniers s'ajoutait a ces redevances. 
glgggljtäzgäisgr älfonflzi. de la classe agrzc. en Normandze au moyen äge, par Lcop. 
" En Normandie, cette classe de paysans etait dcsignce sous le nom general de bor- 
diers. Les berdicrs etaient assujettis aux travaux les plus penibles, tels que le curage
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.