Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1187717
348 
VIE 
PIpVEE 
DE 
LA 
NOBLESSE 
FEODALE. 
dalite clericale, singulierement enrichie oepuis les reformes de Cluny 
et de (liteaux, donnait l'exemple d'un luxe rafline, dont nous pou_ 
vous difficilement aujourd'hui nous faire une idee, maigre les nom- 
breux abus si souvent signales alors et dont les textes font mention. 
Les seigneurs laiques ne pouvaient, pres des riches abbayes, des eve- 
ches deja somptueux, a leur retour d'Orient, conserver les moeurs 
grossieres de ces chatelains des x0 et x10 siecles, ayant pour habitude 
de porter leur avoir avec eux; avoir qui ne consistait qu'en quelques 
bijoux, quelques meubles transportables, une vaisselle d'etain, force 
armes et harnais, et un tresor en matiere qui ne les quittait pas. 
"Pour qu'un homme songe a se batir une demeure dans laquelle il 
accumule peu a peu les objets necessaires a la vie, des provisions, 
dans laquelle il laisse en depot ses richesses, il faut qu'il soit arrive 
a un degre de civilisation assez avance. Il faut qu'il ait contianeenon- 
seulement en la sürete de cette demeure, mais en la lidelite du per- 
sonnel charge de la garder. Il faut qu'il ait des garanties, des suretes 
autour de cette demeure, qu'il ait acquis, par la crainte ou le res- 
pect, uneinfluence morale sur ses voisins. Tant qu'il n'est pas arrive 
a ce resultat, il n'a que des repaires et non des demeures. La femme 
n'etait pas, vis-it-vis du chef germain, ce qu'elle etait chez les Bo- 
mains; quelle que fut Finferiorite de sa position, voisine de l'escla- 
vage, cependant elle participait jusqu'a un certain point aux affai- 
res,_ non-seulement de la famille, mais de la tribu. Le christianisme 
developpa rapidement ces tendances ; Femaneipation fut a peu pres 
complote. Le cierge sut profiter avec adresse de ces dispositions des 
conquerants barbares, et il fit tout pour relever la femme a leurs 
yeux ; par elle, il aequerait une influence sur ces esprits sauvages; 
et plus la compagne du chef franc sortait de Petat de domesticite, 
plus cette influence etait efficace.  
Le systeme feodal etait d'ailleurs singulierement propre a donner 
a la femme une preponderance marquee dans la vie journaliere. Les 
Romains, qui passaient toute leur vie dans les lieux publics, ne pou- 
vaient considerer la compagne attachee a la maison que comme 
un etre reserve a leur plaisir, une societe n'ayant et ne pouvant 
exercer aucune influence sur leur vie de citoyen. Mais, dans le 
chateau feodal, quelle que fut l'activite du seigneur, il se passait 
bien des journees pendant lesquelles il fallait rester pres de l'an-e. 
Ce tete-a-tete force amenait necessairement une intimite, une soli- 
darite entre Pepoux et Pepouse dont le Romain n'avait point Pidee. 
Cette vie isolee, parquee, de lutte contre tous, rendait le role de la 
femme important. Si le seigneur faisait quelque lointaine expedition.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.