Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1187566
OBSIÜQUES. 
333 
u Qui Raoul porte sor son escu plcgnier. 
a Si le sostiennent li vaillant chevalier, 
a Le chief enclin soz son elme (heaume) ä ormier. 
u A Saint Gärä le portent au mostier : 
a En une biere Iissent le cor couchier; 
a (fbuatre crois d'or fisent au chief dräcier  v 
Ce passage est d' un veritable interet comme etude des mceurs du 
moyen äge. Le cortege funebre (le dueil) arrive au chäteau, les che- 
vaux en desarroi, les harnais brises par le combat. Le fils de la 
chätelaine, Fheritier, est rapporte sur son ecu par les chevaliers ses 
freres d'armes; sa tete repose sur son heaume. Mais bientot le corps 
est depose dans une biere a Feglise du monasterc voisin. Cette 
biere reste ouverte, ainsi que le montre la suite du recit; un poele 
recouvre seulement le corps, et chaque personne qui vient pleurer 
le "mort souleve ce voile funebre. Quatre croix d'or sont placees au 
chevet. Sur les sarcophages merovingiens, nous avons souvent vu 
trois ou cinq croix gravees sur la paroi du cote de la tete 2. 
Terminons ce que nous avons a dire sur les obseques des pre- 
miers temps du moyen äge, en mentionnant un fait digne (Yinteren 
Les eglises etaient la plupart entourees de cimetieres, ou des char- 
niers etaient etablis en dehors de l'enceinte des villes. Il etait d'usage 
de planter des ifs dans les champs de repos, comme on y plante au- 
jourd'hui des cypres, et encore des ifs. Le trouvera Benoit, dans 
ses Chroniques des ducs de N ormandie; decrit un cimetiere 
abandonne 3 z 
u Tombes i out et cors enz mis, 
a Kaf cimetire i out jadis. 
a N'ont borc ne ville ne maison 
a D'une bonne leuve (lieue) environ: 
a Arbres i out c un grand if 
a Oü li venz mena grant estrif. n 
Cet usage devait remonter 
serve M. L. Dclisle i. 
ä une haute antiquitä, ainsi que 
4 Li Romans de Raoul de Cambrai et de Bemier, chap. CLXX, publ. d'amies le manuscr. 
unique de la Biblioth. natiom. par M. Eward Le Glay. Paris, Techener, 1840. 
' Voyez le Dictionnaire d'architecture, ä Part. TOMBEAU 
' Liv. II, v. 25036. 
4 Etudes sur la comiit. de la classe agric. en Normandie au moyen äge. Evreux, 
1851.  M. L. Delisle cite ä ce propos un passage curieux de Sulpice Sävüre (De vila 
B. Martini) : a Item dum in vico quodam templum antiquissimuxm diruisset, et arborem 
c pinum; quae fano erat proxima, esset agressus excedere, etc. v
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.