Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1187519
328 
VIE 
PUBLIQUE 
DE 
LA 
NOBLESSE 
FEODALE, 
ETC. 
cherchait ä reunir autour des epoux le plus grand nombre de nobles 
en les attirant par des fetes somptueuses, de brillantes joutes et des 
largesses. (Yetait une faeon de faire montre de ses partisans. A 
l'occasion du mariage que nous venons de citer, des charpentiers 
et macons furent employes pendant plusieurs jours a mettre les 
hotels de la ville a Cambrai en etat de recevoir les hotes illustres 
que l'on attendait, et parmi lesquels etait le roi de France. a Aussi, 
(4 dit notre chroniqueur, en devantde celle fele, il n'estoit pas ainsi 
a et n'estoitpoint en souvenance d'homme ni en memoire que depuis 
e deux cens ans si grandTete eust ete a Cambray comme elle se 
a tailloit de avoir et estre; ni les seigneurs pour eux appareiller et 
a jolier, et pour exaulcier leur estat depargnoientior ni argent, non 
a plus que dont si il plust des nues; et sk-fforgoient tous llun pour 
a l'autre. i) Ce deploiement de luxe, a l'occasion des noces, avait 
gagne meme la bourgeoisie, si bien qu'a Paris, pendant la triste 
annee 1416, le peuple mourant de faim, et toujours pret a insulter 
a toute manifestation ressemblant a une fete privee, on fut oblige 
de faire crier par les rues  que nul ne fust si liardy de faire assem- 
a blee a corps, ne a nopces, ne en quelque maniere, sans le congie 
a du prevost de Paris. En ce tems avoit, quant on faisoit nopees, 
a certains commissaires et sergens aux despens de Fespouse, pour 
a garder que homme ne murmurast de rien  a 
Obsäques. 
La coutume, chez les Francs, etait diensevelir les corps en terre, 
dans un cercueil de pierre ou de bois, dans lequel on rcunissziit les 
 qui appartenaient au defilnt: ÜFIHCS, bijoux, ustensiles, 
monnaies. Apres la mort, les corps restaient exposes quelque temps 
a visage decouvert, peut-etre etaicnt-ils soumis a un embaumemclit 
grossier; puis ils etaient ensevelis. Il dut y avoir, dans les Gaules, 
vers le va sieclc, des habitudes diverses dans la facon d'ensevelii' 
les corps; les traditions romaines etuient encore puissantes, et les 
invasions barbares introduisaient au milieu de la societe gallo- 
romaine de nouveaux usages. Ce n'est pas le lieu ici de nous occuper 
des sepultures, mais seulement des usages ct des ccrcmonies qui 
furent adoptes des les PFGIHlGFS temps du moyen fige. 
Les Romains paiens, CÜIIHIH) chacun sait, brillaient les corps des 
' Jour-n. (l'un bourgeois de Paris 
et Poujoulat, t. H). 
sous Charles V1 
MM  
des 11:45:11,, par 
Micha;
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.