Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1187469
MARIAGE. 
NOCES. 
323 
a menu vair un drap de crespe, etla-dessus des oreillers ou quar- 
a reaux de drap de soye pour desmaillotter et renvelopper l'enfant. n 
Frangois I" pria le pape d'etre le parrain de son premier-ne; ce 
fut le duc d'Urbin, son neveu, qui vint a sa place a Amboise, ou 
eut lien la ceremonie du bapteme du Dauphin. Il y eut a cette 
occasion des fetes splendides, tournois, banquets, bals. Toute la 
cour du chateau dlarnboise fut tapissee et couverte dlune riche 
tenture. A cette occasion, le roi fit faire une ville de bois environnee 
de fosses en plein champ, que l7on se mit a battre en breche avec 
de llartillerie. a Dedans la ville, il y avoit de gros canons faiets de 
a bois, et cercles de fer, qui tiroient avec de la poudre, et les bou- 
a lets, qui estoient grosses balles pleines de vent et aussi grosses 
a que le cul d'une? tonneau, frappoient au travers de cculx qui 
a tcnoient le siege, et les ruoient par terre, sans leur faire aucun 
a mal; et estoit chose plaisante a veoir des bonds qu'elles faisaient. n 
Les assieges firent une sortie vivement ifegue. a Et feust le plus 
 beau combat qu' on ait oncques veu, et le plus approchant du 
a naturel de la guerre. Mais le passe-temps D, ajoute le chroniqueur 
auquel nous empruntons ce passage 1, (r ne plust pas a tous; car il 
cc y en eust beaucoup de tues et affoles.  (Test la, il faut l'avouer, 
une singuliere faeon de feter un hapteme et une noce. Le duc 
d'Urbin epousa pendant ces fetes a la plus jeune fille de Bou- 
c longue v. 
Mariage. 
Noces. 
Chez les Germains, detait Pepoux qui apportait une dot a Pepou- 
see, et non celle-ci a Pepoux i. La femme se trouvait, par suite de 
cette habitude, dans une dependance servile a Pegard de son mari, 
et devenait chose acquise. Nous trouvons cet usage encore etabli 
chez les Francs du temps de Gregoire de Tours. a Les deputes du 
(t roi Chilperic, dit cet historien, Ansovald et Domegisil, revinrent 
v (Ylispagne ou ils avaient ete envoyes pour prendre connaissance 
a de la dot destinee a sa iilleii;  Les seigneurs barbares, 51 cette 
Cfpoque, ne pratiquaient. nullement, a Pegard du mariage, l'antique 
loi romaine, ni la loi chretienne; ils prenaient plusieurs femmes, 
qui semblent etre traitees sur le pied de Pegalite. a Le roi Clotaire, 
' Mäm. de Fleurange. 
' Tacitv, Ger-m., Vl. 
a Greig. de Tours, Hist. 
Franc. 
lib. 
XVXII.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.