Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1187432
320 
VIE 
PUBLIQUE 
DE 
LA 
NOBLESSE 
FIÄODALE, 
ETC. 
lendemain, on partant, Päväque, qui 
le lit dans lequel il sRäLaiL couchä  
avait 
droit 
cmporlzlit 
dg gile, 
BAPTÜMES, 
NOCES, 
OBSEQUES. 
Baptämes. 
Les lJZIPILÜITIOS des princes furent, pendant le moyen fige, l'occa- 
sion de eeremonies et de fetes splendides. Jusqifau xvc siecle, les 
cateehumenes etaient plonges dans une cuve baptismale; on ne se 
contentait pas, comme aujourdduii, de les asperger d'eau. 
Dans les premiers temps du christianisme, il fallait baptiser des 
personnes de tout tige, et souvent: en grand nombre, beaucoup etant 
entraines par l'exemple de qtlüitltlCS-IIHS. Les baptisteres etaient 
alors des salles assez vastes, earrees, ou plus ordinairement circu- 
laires ou a pans, au milieu desquelles etait ereusee une large cuve 
au ras du sol. Nous possedons encore en France fpieltpies-tins de ces 
haptisteres primitifs, a Poitiers (figlise Saint-Jouir), a Aix en Pro- 
vence. lflernierement, en demolissant les maisons qui entouraient la 
cathedrale de Marseille, on a trouve l'ancien haptistcre circulaire, 
avec sa cuve pavee de mosaiques au centre. Flodoardi raconte ainsi 
le bapteme de Clovis a lieims : a Cependant on prepare le chemin 
a depuis le palais du roijnsqirati haptistere; on suspend des voiles, 
a des tapis preeieux; on tend les maisons de chaque cote des rues ; 
a on pare Feglise, on couvre le baptistere de toutes sortes de par- 
a fums..., Le cortege part du palais : le clergje otivre la marche, 
a avec les saints ldvangiles, les ctroix et les bannieres, chantant des 
a hymnes et des cantiques spirituels; vient ensuite Feveqtie (saint 
a Remi), conduisant le roi par la main; entin, la reine suit avec le 
cc peuple. a Le pretre qui portait le saint chreme n'ayant pu percer 
la loule et arriver aux lents, une colombe blanche apporta la Sdllllt) 
ampoule. a Le saint eveque prend la liole miraculeuse, tisperge 
a de chreme l'eau baptismale, et Clovis demande avec instance le 
(t bapteme. ll est plonge par trois fois dans la cuve. a Ces ceremo- 
nies furent exactement suivies pendant plusieurs siecles. Gregoire 
de l'ours raconte le hapleme de Clovis a peu pres dans les memes 
1 Topogr. de Troyes: Abbaye de Notre-Dame aux Nonnains. 
5 Hist de Fdglise de [ieims (Goll. des mänz. relatifs d Fhist. 
M. Guizot). 
de France. 
trad.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.