Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1187217
208 
ngäsumui 
TORIQUE. 
du passe. Les (poques heroiques sont loin de nous, les caracleres 
individuels s'effacent, (zhacml sent instinctivement que le vieux 
monde craque de toutes parts, et, dans ce naufrage que la masse 
pressent, les esprits eelaires cherchent avec une ardeur fiffbrile a 
rassembler tout ce qui pourra venir en aide a la civilisation future. 
Nous sommes dans le temps des innovations en toutes choses ; mais 
nous inventorions le passe, parce que nous sentons qu'il nous eehaijiipe. 
Le public, qui ne peut heureusement se livrer a de grands exees au 
milieu d'une civilisation policee, veut au moins rcpaitre son imagi- 
nation de la grandeur en bien ou en lnal des siecles precedents; 
c'est un besoin qu'il faut satisfaire : ne pouvant plus etre acteur, il 
veut etre spectateur, et c'est un spectateur difiieile, dejti instruit, 
blase menfie et passablement seifptique. ll n'admet pas que Philippe- 
Auguste doive parler comme Louis XlV, et qu'il se prominir: dans le 
Louvre de (lharles V; la verite, ou c: qu'il croit etre la vil-rite, agit 
sur lui plus que toutes les fictions poetiqties. 
ll y a vingt-cinq ans deja, les novateurs que l'on designait sous le 
nom de fronzcuztiqttes ont dit ce que nous disons ici; mais leur arse- 
nal, assez medioerement garni, ne leur a pas permis de remporter 
unevietoire tlÜClSlVl). Lorsqu'ils ont voulu se mettre a l'oeuvre, il 
s'est trouve que leurs principes ne pouvaient s'appuyer que sur des 
etudes tres-superlieiclles; le [Juhlic s'est moque d'eux. Et cependant 
qui ne se rappelle certains succes de leurs chefs  Est-il un livre qui 
ait etejiluslu que la Notre-Ihtnte (le PzvivÄs"? Est-il un sufces plus 
justement meritr: et plus durable que celui des Chron-iqaterstliz, temps 
de Clziarles IX, de M. Merimeiz, de la Ligue, de M. Vitet? Ces ou- 
vrages resteront, parce que leurs auteurs sont des ecrivains du pre- 
mier ordre. Mais sont-ce seulementles fjualites de style qui ont fait 
leur sueces populaire? Non, certes. C'est Petude suivie, minutieuse 
des moeurs d'une epofjue, la verite historique sans pedanterie, sans 
zitlectalion; c'est la realite des contours et des couleurs, ce caraeterr: 
un que donne toujours la connaissance parfaite des hommes et des 
choses d'une epoque. Qu'y a-t-il de plus poetique que la verite  
L'imagination des poetes ou des romanciers a-t-elle jamais pu offrir 
un spectacle plus (fmouvant que celui de l'histoire, que celui des 
il-venements qui sans cesse passent devant nos veux? Pourquoi donc 
les peintres dans leurs tableaux, les auteurs dramatiques dans leur 
mise en seene, ne tcnteraicnt-ils pas de substituer la reproduction 
de la realite a ces detroques de convention, si completemtint usecs 
aujourd'hui? Pourquoi? Parce que les idees banales, les prejuges, 
en fait d'art, ont chez nous force de loi, ctque les meilleurs esprits
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.