Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1187148
9,91 
VOILE 
que les anciens autels dans les egjlises d'0rient et d'0ccident etaient 
cntoures de voiles a que l'on tenait. deplies et rf-tendus au moins 
a pendant la consecration et jusquli Felevation de la sainte hostie, 
a afin de procurer plus de veneration aux divins mysteres..... Mon_ 
         
a ferme de toutes parts, le prenziier smzctitaiire, ou le restibztle du. 
a Sancln  et assure que c'est de ce vestibule qu'on doit 
a entendre les orafisons du ivoile..... D (le prelat n'entend parler ici 
toutefois que de Flfjglisc grecque. ll dit': (K Dans ce vestibule et pre- 
(t mier sanctuaire, il y avait un espace ferme, non de balustres, mais 
a de rideaux et de voiles, dans lequel etait le_ Sizncla sufncloruan.... 
a ljoraison du voile, qui se trouve dans les liturgies, et particulie- 
a rement dans celle de saint Jacques et dans celle de saint Basile, de 
(t la version tlfillllqllC, oratio ifeli, orulio  se doit expli- 
a quer du Scmcm sanctorum. et du voile qui le fermait.  a 
En Occident, pendant le sur sieclc, "l'l1iers croit qu'on n'avait 
conserve que les deux voiles latenuix de lautiel; niais ci-peinlant les 
tableaux deposes dans la sacristie de la catliedrale dlirras, et qui 
representent les anciens autels principaux de cette eglise, les gra- 
vures de l'ancien inaitre autel de Notre-Dame de Paris, et quantile 
de vignettes de manuscrits, nous t'ont voir autour des autels, non- 
seulement des voiles lateraux, mais aussi un voile "posterieur. Le 
tableau de van Eyek, representant l'autel matutinal de Feglise de 
Saint-Denis, reproduit dans notre Dictionnaire d'architecture, au 
mot AUTEL, indique encore un voile anterieur releve pour laisser 
voir le saint. sacrifice. Cette tradition se perpetua pour les princi- 
paux autels des eglises regulieres ou seculieresjusqtfit la {in du 
XVIe siecle, et meme alors, en enlevant les courtines, on laissa sub- 
sister souvent les colonnes qui les portaient. Il n'est pas besoin de 
dire que la plupart de ces voiles etaienl faits d'etoffes precieuses 
et richement brode-s. Plusieurs representaient des sccnes de lÄ-lncien 
ou du Nouveau 'l'estament ou des images de saints, les signes des evan- 
gelistes. Un de ces voiles nous est conserve; il faisait partie de la col- 
lection de M. A. Gerente. C'est une toile verte brodee de soie jaune 
et rehaussee de traits noirs dessines au pinceau. Au centre est la 
Charite, sous la figure d'une femme assise dans un tronc; deux au- 
tres femmes debout lui amenent des enfants; toutes ces figures sont 
nimbees. La Charitc tient sur son giron une petite fille vetue et un 
petit garcon nu ; autour d'elle d'autres enfants jouent a divers jeux. 
' De l'ancienne yanlice 
de PEglisa. liv.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.