Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1187107
289 
TRONE 
On sait quel etait le luxe de la cour du duc de Bourgogne pendant 
le xvc siecle. Lorsque les atfaires de France furent retablies, et que 
Charles Vlll eut fait son expeditioil d'ltalie, la cour de France de- 
passa, comme splendeur, ce que l'on zivait vu jusqu'alors; elle avait 
pris outre monts des idees de grandeur qui inlluerent sur l'architec- 
ture, les meubles, les vetements et sur le ceremonial. Pendant le 
xv" siecle, le goüt dominant de cette läpüqtle, recherche a Fexces, 
donnait a tout ce que l'on faisait alors, quelle que fut la richesse des 
sculptures, des peintures et des etolies, une apparence de maigreur 
et de pauvrete. La jeune cour du roi Charles Vlll abandonna bien 
vite ces traditions vieillies. Les meubles particulierement, la maniere 
de les draper, prirent plus d'ampleur. Les artisans frangais, arrives 
a une execution aussi parliiite que possible, läippliquerent aux mo- 
des nouvelles. La composition plus large "des meubles fut cependant 
soumise a cette exeeution parlaite, et la cour imprimant le mouve- 
ment, ce changement se lit sentir d'abord dans les meubles tenant 
au ceremonial. Ceux-ci prirent un certain air de grandeur que l'on 
ne trouvait pas encore dans l'architecture, plus lente a se conformer 
aux idees nouvelles. Les peintures, les vignettes et les gravures de 
la lin du xvc siecle et du xvl" nous ont conserve des representations 
des meubles (Yapparat qui, comme disposition generale, comme 
ampleur, comme entente d: l'effet, l'emportent certainement sur ce 
qui se faisait sous Charles Vll et Louis XI. La disposition pittoresque 
des draperies, leur abondance, indiquent l'habitude du vrai luxe. A 
ce point de vue, nous ne saurions trop etudier les ceuvres de cette 
epoque et meme celles du xvn" siecle, qui conserverent ces qualites 
precieuses. Pour nous, zuijourddiui, les meubles d'apparat, etrzingers 
a nos moeurs, sont ou mesquins ou theatrals; ils ne s'accordent ni 
avec nos vetements etroits, ni avec nos habitudes bourgeoises; ils 
sont charges d'ornc1r1ents dont. on ne comprend pas la signification; 
leurs draperies pauvres indiquent trop les etlorts du tapissier, avare 
de sa precieuse marchandise , rarement l'invention de l'artiste. Or, il 
est bon (l'observer que pour qu'un meuble de luxe aitPapparence de 
la veritable grandeur, il faut que sa construction soit claire, simple, 
et que la richesse soit obtenue, non par des combinaisons cherchees, 
mais par l'ampleur et la juste disposition des parties decoratives. ll 
ne faut pas prendre ici le gras pour le gi'ctf1zcl, Pexageration d'ecl1elle 
des details pour la magnilicience ou la majeste. Le gros a Finconve- 
nient, dans les meubles d'apparat, däunoindrir l'objet principal, le 
personnage. Les meubles du commencement de la renaissance ont 
le merite devitei" les mievreries de ceux de la derniere epoqite go- 
I.  37
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.