Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1186781
257 
TABLE 
Les tables a manger du XIIIe siecle sont ordinairement carrees, 
lorsque le nombre des convives est petit; oblongues ou en fer a 
cheval, lorsque ce nombre est grand. A lloccasion de certaines 
fetes, lorsqu'on donnait de grands repas auxquels prenaient part de 
nombreux invites, il etait d'usage aussi de dresser quantite de petites 
tables :  
Fromons commande qu'on les tables müist, 
Et l'on si fait, 16ans en un jardin; 
Onze vint tables i puissiez choisir  n 
La rapidite avec laquelle, dans les grandes salles des chateaux, 
on dressait et l'on enlevait les tables a manger ou ä jouer indique 
assez que ces meubles n'etaient composes que de grands panneaux 
poses sur des treteaux pliants, qu'ils n'etaient pas a demeure. Sui- 
vant que lc nombre des convives etait plus ou moins grand, on dres- 
sait. et l'on assemblait un nombre plus ou moins considerable de ces 
tables. Cependant il existait, dans certaines grandes salles, des tables 
fixes de pierre ou de marbre destinees a divers usages. Dans la 
grand salle du palais de la Cite a Paris, il y avait, a l'un des bouts, 
dit Sauval 2, a une table qui en occupoit presque tonte la largeur, 
a et qui de plus portoit tant de longueur, de largeur et d'epaisseur, 
a qu'on tient que jamais il n'y a eu de tranches de marbre plus 
a epaisses, plus larges, ni plus longues. Elle servoit a deux usages 
a bien contraires : pendant deux ou trois cents ans, les Clers de la 
a Basochc n'ont point eu d'autre theätre pour leurs farces et leurs 
cr momerics; et cependant c'etoit le lieu ou se faisaient les festins 
a Royaux, et ou l'on n'admettoit que les Empereurs, les Rois, les 
a. Princes du sang, les Pairs de France, et leurs femmes, tandis que 
(t les autres Grands Seigneurs mangeoient a d'autres tables. Tout 
a cela fut consume en 1618.... a 
Toutes les representations de repas laissent toujours un des 
grands cotes des tables libre pour le service; dest-a-dire que, sur 
une table longue, par exemple, les convives n'etaient assis que d'un 
cote; l'autre cote etait, comme dans Pantiquite, laisse libre pour 
faciliter le service.  
Dans les chateaux des princes et grands seigneurs, les tables ä 
manger etaient si larges, que souvent, pendant les entremets, des 
personnages y montaient pour reciter des couplets, pour distribuer 
' Li Romans de Garin de Loherain, ädit. 
' Antiq. de la ville de Paris, t. Il, p. 3. 
Techener, 1833, t.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.