Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1185896
LUTRIN 
176 
de l'abbaye de Sainct-Defzys en France, rapporte, qu'au milieu de 
la premiere partie du choeur de cette eglise, a est pose-e l'aigle (ou 
a poulpitre) de cuivre, enrichie des quatre evangelistes et aultres 
a figures, donnee par le roy Dagobert, provenant de ll-glise de 
a Sainct-Ilylaire de Poictiers, lorsque ledit roy ruina la ville dudiet 
a Poictiers pour cause de rebellion 1. u) Ce lutrin avait etc dore de 
[in or par Pabbe Sugerg. 
Dans la primitive Eglise, les clercs se tenaient debout autour de 
l'autel, en cercle, et chantaient les psaumes a l'unisson; mais Fla- 
vianus et Theodorus etablirent qu'ils chanteraient et psalmodicraient 
alternativement. En France, en Allemagne et en Angleterre, un lec- 
trin fut donc place au milieu du choeur, et les chantres au-dessous, 
adroite ou a gauche. 
Le lutrin -etait un meuble necessaire dans toutes les eglises abba- 
tiales, cathedrales et paroissiales. Lebeuf, dans son H fistoire du d'io- 
cese d'A aazerre, parle de c deux aigles qu'on fit faire, vers l 390, pour 
la cathedrale d'Auxerre, dont l'une etait destinee a la chapelle de 
Saint-Alexandres a. a En 1400, dit Dubreuilä Peveque Guillaume 
fit faire l'aigle et le pupitre de cuivre qui se trouvaient de son temps 
au milieu du choeur de Feglise Saint-Germain des Pres. a Le lectrin 
etait toujours en effet place au milieu du choeur, devant le sanctuaire. 
Dans le Roman de Roaf", Robert Wace raconte que le duc Richard 
de Normandie, ayant coutume d'entrer a toute heure dans les eglises 
qu'il trouvait sur son chemin pour y prier :  
a Une nuit vint. ä un mustier, 
u Orer voleit E: Dex prier : 
a Luing de sa gent alout pensant, 
a Ariere alouent et avant, 
a Sun cheval areigna de fors (attacha dehors). 
u Dedens truva en hiere un cors, 
a Juste la hiere avant passa, 
a Devant l'autel süugenullla, 
a Sur un leitrum (lutrin) sis ganz geta, 
u Mez el partir les nblia 
(K           I) 
s'en retournant voit 
Sa priäre finie, Richard, 
a hloveir li cors, cruistre la biere. 
' Dom Doublet, liv. I, p. 286. 
' Ibid.,p. 245. 
3 Tome Il, p. 18. 
' Antiq. de Paris, liv. I. 
5 Rob. Wace, ädit. de Rouen, 1827.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.