Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1185881
175 
LUTRIN 
a Ladicte litiere estoit portee par deux chevaux noirs moult beaux 
a et moult tiers; lesquels chevaux estoyent enharnaches de velours 
a bleu, a gros cloux d'argent, richement; et sur iceux chevaux avoit 
a deux pages vestus de robes de velours bleu, charges dorfevrerie, 
a ayant barrettes de mesmes; et estoyent housses de petits brode- 
a quins jaunes, et sans esperons; et avoient chaseun un fouet en la 
e main. Dedans ladicte litiere estoit le chevalier, a demy assis sur 
a de grans coussins de riche velours cramoisy; et le fond de sa dicte 
a litiere estoit d'un lapis de 'l'urquie. Le chevalier estoitvcstu d'une 
e longue robe de velours tanne, fourree d'er1nines, a un grand 
e colet renverse, et la robe fendue de ceste, et les manches fendues 
a par telle fagon, que quand il se drecea en sa litiere l'on vovoit 
a partie de son harnois. Il avoit une barrette de velours noir en sa 
(a teste, et tenoit toute maniere de chevalier ancien (vieux), foule et 
n dehilite des armes porter. Ladicte litiere estoit adextree de quatre 
a chevaliers qui marchoyent a pie, grans et beaux hommes, qui 
a furent habilles de paletots de velours bleu, et avoyent chacun un 
 gros batton en la main. l) 
Nous donnons (P1. Vl) une de ces litieres.  
Ces descriptions peuvent faire connaitre le luxe que l'on deployait 
dans les litieres et dans les harnais des chevaux qui les portaient. 
Ordinairement, les conducteurs des litieres etaicnt a pied et me- 
naient les chevaux par la bride; ou bien, si la route etait longue, 
etaient a cheval des deux cotes des porteurs. En voyage, la litiere 
d'un seigneur eonsiderable ou d'une dame etait accompagnee de 
nombreux serviteurs a pied et a cheval qui formaient comme une 
escorte autour d'elle. 
On avait aussi de simples litieres decouvertes, sortes de brancards 
portes par deux chevaux, sur lesquelles on enlevait les combattants 
blesses dans un tournoi, pour les transporter a leur hotellerie. 
LUTRIN, s. m. (tectrin, leutrin, poulpitre, pupitre). Meuble de 
bois ou de metal dispose pour recevoir un ou plusieurs livres ouverts 
de maniere a en faciliter la lecture. Il y a plusieurs sortes de lcctrins: 
les lectrins fixes, places au milieu des choeurs des eglises, a l'usage 
des chantres ; les lectrins facilement transportables, pour lire liepitre 
et Fevangile sur le juhe, äFentree du choeur; les lectrins de librai- 
ries, de lJllJllOLlIÜQIICS, pour poser des livres a consulter. 
Pendant le moyen äge, les lutrins de choeurs etaieilt souvent d'une 
grande richesse comme maliere et comme travail: on s'en servait 
en France des le vue siecle, car dom Doublet, dans ses Antiquitez
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.