Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1185759
LIT 
166 
Robert 1e Diable simulant la folie 51 la cour de l'empereur de 
Borne, couche aupres du chien, et ne se faiL pas eonnaitre: 
Se tu me veulz servir ä grd, 
dit l'empereur in son äcuycr cn parlant de Robert, 
Oste de ci premiercment (prends 
Et puis t'en vas isnellement 
Et li portez ceste et cossin, 
Couverture et deuz dras de lin, 
Pour li couchier     n 
(Fabon 
Le xv" sieele rencherit encore sur le x1vt quant au luxe des mate- 
las, coussins, couvertures, courtes-pointes, courtines ou ciels. Au 
X1118 siecle, le lit ordinaire ne se composait que a d'une couste, d'un 
a coussin et un faissel de feurre 2  Au x1vt siecle, au lieu d'un 
seul matelas, on en mettait deja eux, des couvertures etdeux draps. 
Au xvc, 1e nombre des matelas et des coussins grands et petits etait 
plus considerable, et les lits etaient en outre garnis d'un traversin. 
Les matelas des grands seigneurs etaient recouverts de satin ver- 
meilou d'autre etoffe de soie 3; ceux des riches particuliers, de 
coutil de Caen; ceux des bourgeois, de toile. Les linceuls (draps) 
etaient amples; on les enroulait autour de soi avant le X111" sieele, 
mais depuis ils furent poses de facon que la personne couchee les 
laissat tomber autour du lit 4. 
Ce fut pendant le xvt sieele que les lits commencerent a prendre 
des dimensions exagerees; ils portaient dejä, a cette epoque, sept 
pieds de long sur six pieds de large, et meme quelquefois plus. Ces 
dimensions expliquent les fonctions singulieres des fourriers du 
palais, qui devaient, chaque soir, avant le coucher des princes, 
battre le lit, afin de s'assurer que personne n'y etait cache; e'etait 
comme marque de cette charge que le fourrier portait un bäton de 
bois vert. Ces dimensions extraordinaires donnees aux lits n'em- 
pechaient pas les princes d'en mettre deux dans une meme 
chambre. 
' Jlliracle de Notre-Dame de Robert le Dyable, manuscr. du XIV" siecle, Bibl. 
' Ordonn. de Phätel, 1290 (J. rcg., 57, fol. 16). 
a Gonzptes de Charles V1. 
' a Et si leur fault encore avoir 
a Beaux lis, beaux draps, chambres tendues. 
 
(Eust. Deschamps, le Miroir du mariage, xrve et xvc s.)
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.