Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1185505
141 
LAMPESIER 
belles. (c L'une dk-lles, la plus grande, dit M. de Caumont 1, remonte 
(r a lT-veque lflezilon. Elle se compose de cercles d'un tres-grand 
a diametre, portant des tours et des flambeaux de cuivre dore sur 
a lesquels se lisent des inscriptions emaillees: la dentelle du pour- 
cf tour etait d'argent. Les douze tours attachees sur les cercles de 
a metal, comme dans la couronne d'Aix-la-Chapclle, logeaicnt cha- 
(r cune quatre statuettes d'argent, representant des personnages 
a de lltncien Testamentet les personnifieations des Vertus, ce que 
a prouvent les noms qu'on lit encore sur ces tours. Au milieu des 
a espaces compris entreles tours se trouvent des niches qui portent 
a les noms des douze apotres, preuve qu'elles en renfermaicnt les 
a statuettes. ll y aurait donc eu soixante statuettes dans les niches 
a et les tours qui garnissent les cercles de cette grande couronne. 
a On croit que les lampes etaient superposees aux tours. D'une 
a tour a l'autre, six flambeaux portaient des cierges; il y en avait 
a en tout soixante-douze.    La seconde couronne de Hildesheim se 
a trouve dans le choeur de la cathedrale. On la fait remonter au mi- 
a lieu du x10 siecle....; mais elle est moins grande 
a que celle de la nef, et les espaces compris entre 
a les tours ne portaient que trois flambeaux, de if ä 
a sorte qu'il n'y en avait que trente-six au lieu  
(c de soixante-douze dans le pourtour. Les tours fit, 
a ou niches renfermaient quarante-huit statuettes f ä 
a de bronze, qui n'existent plus 2. a q  
Les lampiers, couronnes ou phares, n'avaient  ,  
pas toujours ces dimensions eonsiderables, et il en  fic 
etait beaucoup qui ne portaient qu'une seule lampe: a 
celles-ci sont encore plus rares que les grandes cou-  
rennes, s'il est possible; leur peu d'importance les 1  
afait supprimer depuis longtemps dans les eglises. f 
Il nous faut avoir recours aux vignettes des ma- 
nuserits, aux vitraux ou aux bas-reliefs, pour pouvoir nous rendre 
compte de leur disposition et de leur forme. 
Les petits lampiers a une seule lampe etaient habituellement sus- 
pendus au-dessus des autels, et leur forme la plus vulgaire est celle 
reproduite dans la figure 4 3. Quelquefois la lampe est plaeee au milieu 
f Voyez le Rapport de M. de Caumont sur les couronnes de lumiäres de Hildesheim 
(Bull. ononurm, vol. XX, p. 289). 
f Voyez, dans le mümc rappqrt, un croquis de cette seconde couronne, fait sur une 
gravure de M. le docteur Kratz. 
3 Du bas-relief de la porte Sainte-Aune, ä Notre-Dame de Paris, X115 siäcle.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.