Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1185210
"AUTEUIL 
1'122 
Contrairement au dernier exemple (fig. 2), les branches du [au- 
desteuil sont habituellement terminees, a leur partie superieure, par 
des tetes d'animaux. M. C. Lenormant regarde l'adjonction des tetes 
et pattes de lion aux branches de la chaise curule antique connne 
une modification qui eut lieu sous l'influence des idees clive-tiennes. 
a Le lion, dit-il, est, dans le langage allegoiique de notre religion, 
a l'embleme de la justice, a cause des deux lions qui formaient les 
a "bras du trone de Salornon, le roi juste par excellence, et les douze 
(k lionceaux qui en ornaient les marches.  Cependant les tetes 
d'animaux qui terminent les quatre montants du trone de Dagoberi. 
sont des tetes de panthere, ainsi que celles Ilgurees sur le dessin 
(fig. il bis)  Ce dernier exemple nous fournit encore un renseigne- 
ment preeieux : c'est la draperie ou tapis jete sur le faudesteuil et 
qui tombe jusque sur le marchepied. Nous voyons ce morceau 
d'etoffe figure sur presque tous les trones pliants du X112 siecle, et 
plus tard il prend une grande ampleur. 
Les sceaux royaux franeais, a partir du x1? siecle jusqu'au XVO, 
presentent. des exemples assez nombreux de troncs pliants, rare- 
ment avec des tetes de lion; ce sont des pantheres, des dragons, 
1 Manuscr. düierravde de Landsberg, XIIe sibclc, biblioth. 
de Strasbourg.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.