Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1183649
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1185132
DRESSOIR 
'l 04 
gneurs et les souverains ne semblent pas avoir possede une vaisselle 
somptueuse. Pendant Fepoque feodale, les habitudes de la vie inte- 
rieure etaient simples, et les grands possesseurs de fiefs preferaient. 
employer leurs tresors a batir des chateaux forts, a tenir pres d'eux 
un grand nombre d'hommes d'ar1nes, a les equiper et les nourrir, 
qu'a acheter de la vaisselle d'or ou d'argent. (l'est depuis Charles V 
surtout que l'on voit apparaitre ce desir d'etaler un luxe excessif. Ni 
les malheurs qui aceablerent la France pendant le XVO siecle, ni la 
misere des classes inferieures, ne purent arreter les progres du mal. 
Le peu de matieres d'or ou d'argent que laisseront les guerres dans 
ce malheureux pays etaient soustraites a la circulation pour decorer 
les dressoirs de la haute noblesse. 
Des la fm du xiv" siccle, la maison de Bourgogne, puissante, pos- 
sedant les domaines les plus productifs de l'Europe d'alors, faisait 
parade de sa richesse, donnaient des fetes qui surpassaient comme luxe 
tout ce que l'on peut imaginer. La cour de France etait plus jalouse 
encore peut-etre de cette splendeur que de la predominence poli- 
tique qu'avaient acquise les ducs de Bourgogne. (Tetait donc a qui, 
a Paris ou a Dijon, eclipserait son rival par un deploiement de luxe 
inoui, par la montre d'une grande quantite de vaisselle d'or et d'ar- 
gent, dorlexfrerie de table, par des largesses et des fetes rcnouvelees 
a de courts intervalles.  
C'est aussi pendant le Xvt siecle que des meubles, et particuliere- 
ment ceux d'apparat, prennent une importance inconnue jusqu'a- 
lors. Les dressoirs, qui etaient plutot des meubles de luxe que d'uti- 
lite, se rencontrent dans toutes les descriptions de fete, de banquets, 
dans les entrees memes des personnes souveraines, car les bonnes 
villes en etablissaient alors, charges de vaisselle, en plein air ou 
sur des litieres transportees pendant le passage des princes; ils les 
suivaient jusqu'a leur logis, ou, bien entendu, on les laissait 1. 
(Voy. LITIERE.) 
1 Suivant Nicod, ce qui distingue le dressoir du hulTet, c'est que le premier n'a 
jamais de tiroirs ni d'armoires ä portes. Le dressoir ne sert quüä etaler la vaisselle 
qu'on tire du buffet. a Jacquemart Canisset, charpentier, fait un drechoir d Coulombe 
(ä tablettes ou compartiments) pour Phütel de ville de Betliune, au commencement du 
xvIe siäcle. v (Vny. les Artistes du nord de la France, par M. le baron de Melicocq. 
Bethune, 1848.)
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.